De retour d’un concert avec Festen au Sziget Festival à Budapest où nous étions programmés à la House of Hungarian Music - Jazz Stage, l'une des dizaines de scènes musicales présentes sur l’Ile du Sziget plantée au milieu du Danube et séparant Buda et Pest. Nous arrivons la veille et en profitons pour marcher le soir depuis Király jusqu'aux bains de Lukács, en passant par le Pont Marguerite, puis le lendemain du marché couvert de Fóvám à Deák Ferenc tér en se perdant dans les rues du centre et avec une vue lointaine sur le Pont des Chaines. Un chauffeur passe nous prendre dans l’après-midi pour nous emmener sur l’île. Les contrôles de sécurité sont multiples et soignés. Le van nous transportant est fouillé et lorsqu’on scanne notre bracelet de festival au dernier point de contrôle après l’entrée, notre photo s’affiche instantanément sur le téléphone du gardien. Nous continuons le chemin de terre en longeant des centaines de tentes éparpillées de manière très dense et non ordonnée au milieu de détritus. On peut en déduire que c’est la fin du festival. Peu après, le van est bloqué, nous terminons le chemin à pieds jusqu’à la scène au milieu d’une foule délurée. Certaines personnes portent un masque sur le visage et je comprendrai tardivement que c’est pour se protéger de la poussière sans cesse remuée. Nous profitons d’un temps libre entre la balance et le concert pour faire un tour dans cet immense fête qui regroupe concerts et attractions en tout genre. Il faut parcourir des kilomètres pour en faire le tour. Le concert passé, nous repartons sur les chemins de traverse qui nous perdent parfois, pour arriver à nouveau devant la scène principale, bondée cette fois-ci, qui accueille le groupe Foo Fighters avec Dave Grohl à la guitare et à la voix. Nous passons un bon moment mais c’est plutôt lorsque ce dernier prend la batterie le temps d'un morceau que nous nous réjouissons à l’écoute de son jeu lourd et précis, nous rappelant son rôle dans Nirvana, d’autant plus que le guitariste Pat Smear est aussi sur scène. Nous parcourons ensuite encore quelques kilomètres ce soir-là pour trouver notre lieu de ravitaillement prévu par l'organisation, jusqu’à ce que l’orage arrive et nous pousse à quitter cette île mystérieuse et à rentrer à l’hôtel. Quelques heures plus tard nous sommes déjà dans l’avion de retour pour Paris. Plusieurs passagers sont remplis de boue jusqu’au genou, je pense alors aux campeurs surpris par la pluie. Un autre a sa barbe teinte en vert et rose à paillettes. Beaucoup s’endorment rapidement. Il se trouve que le saxophoniste Chris Potter est aussi dans cet avion avec son trio. Je me repasse en tête son morceau Rumples avant le décollage.

île Marguerite à BudapestLe Danube à BudapestPont MargueriteFesten au Sziget Festival, House of Hungarian Music Jazz StageLe Parlement de Budapest