De retour du Millau Jazz Festival où nous jouions avec Festen le 18 juillet dans les Jardins du Château de Sambucy, un lieu verdoyant et inspirant. Quelques minutes avant de monter sur scène, sur le chemin depuis la loge, les discussions du groupe ont porté sur l’astronomie. Jupiter et Saturne étaient clairement visibles au dessus de l’horizon et du public. Je rappelai alors à mes camarades que la lumière que nous percevions était en fait âgé de plusieurs minutes (43 pour Jupiter). Maxime me demanda si le point brillant rouge à droite de Jupiter pouvait être Mars, mais il s’agissait en fait de l’étoile Antarès, distante de 550 années-lumières, donc la lumière datait de 1469. Cette année-là, Léonard de Vinci devenait élève apprenti dans un grand atelier d’art de la Renaissance à Florence. Le concert commença, et nous n’étions pas au bout de nos réjouissances stellaires. Pendant la courte pause avant le dernier morceau, nous levâmes les yeux vers le public, puis vers le ciel où une lueur vive attira notre attention. La lune se levait juste au dessus de la colline, d’abord un fragment, puis tout au long du morceau Overlook Hotel elle se dévoila pour finalement apparaitre pleine et entière en fin de concert. Ce fut l’expérience de notre première conjonction musicalo-astronomique : Jupiter-Saturne-Lune-Festen.

Château de Sambucy

Photos © Aurélien Trombeau.

Festen au Millau Jazz FestivalMaxime Fleau au Millau Jazz FestivalFesten au Millau Jazz FestivalJean Kapsa au Millau Jazz FestivalFesten au Millau Jazz FestivalDamien Fleau au Millau Jazz FestivalFesten au Millau Jazz Festival